Nous consommons toujours autant d'antibiotiques

Devis mutuelle-comparatif mutuelle comparatif mutuelle-tarf mutuelle-devis mutuelle-souscripition assurance santé et mutuelle-le meilleur tarif mutuelle et assurance sante
Assurance

Mutuelle

Defiscalisation

Rachat credit

Assurance chien

21/09/2010 - Assur1max, l' assurance d' etre bien informé sur la santé en général

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, la prescription des antibiotiques n'aurait pas diminué en France depuis 2004, pire encore: le nombre de patients se faisant rembourser des antibiotiques a augmenté. Cela voudrait dire que la compagne médiatique mise en place par la CNAMTS et qui a couté 500 millions d'euros aux contribuables a été insuffisante.
Il est vrai que les montants remboursés par la sécurité sociale pour l'achat des antibiotiques ont  baissé de 31% depuis 2001, mais cela est le résultat de l'utilisation des génériques, ainsi que de la baisse des prix de certains médicaments.
Quant aux recommandations de l'AFFSAPS, à préscrire moins d'antibiotiques et à respecter l'ordre de préscription suggéré selons leur efficacité et leur coût, ne semblent pas être très écouté. Ainsi la Pyostacine, le plus cher des antibiotiques (à prescrire qu'en seconde intention d'après l'AFFSAPS) arrive en première place en soins de ville dans sa classe de médicament.
Alors la grande question se pose: pourquoi? Qu'est-ce qui il y a derière cette étonnante résistance des médecins. Et si c'était simplement l'influance des visiteurs médicaux des laboratoires pharmaceutiques contre celle des preuves scientifiques qui influencait la prescription des médicaments? Cela expliqerait peutêtre que la Simvastatine et la Pravastatine malgré qu’elles soitent à ce jour les seules statines à avoir démontré un bénéfice sur la mortalité, sont largement dérière les molécules moins éfficaces et beaucoup plus chères tels que: Crestor, Tahor, Inegy ou Ezetrol?
Ces dépenses continuent à péser lourd sur le budget de la sécurité sociale car elles sont le premier poste de dépenses pour les soins de ville, avec un montant total de 15,8 milliards d'euros, mais aussi sur les mutuelle santé sur la collectivité et à la fin évidement sur les assurés eux même, à travers  leurs cotisations mutuelles et des montants restant à leur charge pour les médicaments à faible taux de remboursement.
Pour en savoir plus, vous pouvez aussi lire cet article intéressant: